L’été, saison du cricket en Australie

L’été, saison du cricket en Australie

En Australie, il n’y a pas d’été sans le cricket. On y joue partout : au pique-nique et au barbecue, dans le jardin, sur la plage, sur la route, dans les parcs et dans les stades de renommée internationale. Dans les foyers, l’équipe australienne de cricket, avec ses larges casquettes vertes légendaires, domine les écrans de télévision. En Australie, le cricket est quasiment une religion, qui unit les joueurs et les fans de tous les milieux.

L’obsession du cricket ne frappe pas que l’Australie de novembre à février. Les fans de cricket du monde entier suivent avidement la saison australienne qui oppose l’Australie aux autres pays amateurs de cricket à Brisbane, Sydney, Melbourne, Adélaïde, Hobart et Perth. La compétition comprend des test-matches qui durent entre trois et cinq jours, des matches internationaux d’un jour et la série Twenty20 – où chaque équipe joue un tour de batte, appelé « innings », et se voit lancer 20 « overs » (séries de lancers). Dans un test-match typique, la rencontre commence à 10 heures et finit à 18 heures. Les internationaux d’un jour et les matches de Twenty20 commencent dans l’après-midi et se prolongent tard dans la soirée.

Les équipes en tournée changent tous les ans. La saison 2009/2010 accueillera les Antilles et le Pakistan. D’autres pays renommés pour leurs prouesses en cricket comprennent l’Afrique du Sud, l’Inde, le Pakistan et le Sri Lanka, ainsi que le rival préféré des Australiens avec qui ils se disputent la série des « Ashes », l’Angleterre. The Ashes (littéralement les « Cendres ») sont une très vieille compétition ayant pour objectif de regagner les restes calcinés d’un wicket (guichet) contenus dans une urne au MCC de Londres.

L’amour de l’Australie pour ce sport est évident sur le terrain. L’équipe australienne est numéro 1 mondial en test cricket et numéro 2 pour les internationaux d’un jour. Nous vénérons nos lanceurs de balle, qu’ils soient à grande vitesse, à vitesse moyenne, avec effet, ou même par en dessous ! Nos idoles comprennent Sir Donald Bradman, Ritchie Benaud, les frères Chappell, Lillee, Thomo & Max, les frères Waugh, Shane Warne et Glen McGrath. Le cricket crée des héros nationaux et génère certains des plus grands évènements sportifs du pays.

C’est un sport de gentleman, vieux de plusieurs siècles et apprécié par toutes les strates de la société. Les joueurs observent la tradition en s’arrêtant pour le déjeuner, quand il pleut ou que la lumière est mauvaise. Alors que les membres du club occupent leurs positions de choix dans la tribune qui leur est réservée, la plèbe, elle, se fait entendre depuis la tribune appelée « The Hill » (le Talus).

Les passionnés de cricket sont capables de voyager dans le monde entier pour suivre leurs idoles. Les groupes de fans sont organisés et voyagent ensemble dans une atmosphère bon enfant, unis par la fidélité éternelle jurée à leur équipe. Les Britanniques ont leur Barmy Army (« Armée des Dingues ») et les fans australiens sont appelés les Fanatics. Regardez les foules jubilatoires se lever pour crier « howzat ? » (c’est-y pas beau, ça ?) quand l’arbitre lève le doigt au ciel en signe d’appréciation pour l’exploit d’un lanceur ou d’un joueur de champ. Regardez le batteur baisser la tête, honteux d’être éliminé.
 
Pour les non-initiés, ce sport de gentleman a aussi son jargon unique. Assistez à n’importe quel match et vous entendrez les commentateurs parler d’innings et d’overs, des positions silly mid on, silly mid off et slips, de ducks et golden ducks, de lancers googlies (Bosanquet) et de scores fours, sixes, et centuries. Un « innings », c’est quand les batteurs d’une équipe battent. Un « over », c’est une série de lancers. On joue six balles par over avant qu’un nouveau lanceur apparaisse à l’autre bout du terrain.

Si vous assistez à votre premier match de cricket, voici un petit résumé de ce qui va se passer. Deux batteurs se tiennent debout devant des guichets formés de trois « wickets » (baguettes de bois plantées dans le sol) à chaque bout du terrain. Les batteurs font face au lanceur, et essayent de frapper la balle pour l’envoyer le plus loin possible avant qu’elle ne soit interceptée par les joueurs de champ. Dès que la balle est frappée, les batteurs font des va-et-vient en courant entre les wickets et les joueurs de champ courent et plongent pour intercepter la balle et la lancer au gardien de wicket. Le travail du gardien, c’est d’abattre les wickets et d’obtenir de l’arbitre le renvoi du batteur.

En Australie, le terrain de cricket est fait d’une pelouse rase. Les spectateurs sont assis dans les stands de terrains de renommée internationale et ne s’aventurent jamais sur le terrain pendant le jeu. Les terrains de cricket sont très grands. On en parle dans les foyers australiens comme de vieux amis, en les appelant par leurs petits noms : le « Gabba » de Brisbane, le Wacca de Perth, le SCG de Sydney et l’incomparable terrain de sport du « g », autrement dit le MCG de Melbourne. Dans ces arènes épiques, un « six », quand la balle quitte la batte du batteur et vole sans rencontrer d’obstacle jusque dans les tribunes est un véritable exploit sportif. Un « four », lorsque la balle sort du terrain en touchant le sol, peut être l’occasion de voirun joueur de champ traverser le terrain de part en part et glisser jusqu’au mur des tribunes pour tenter d’arrêter la balle.

En été, les Australiens regardent le cricket en direct partout où ils peuvent : à la télévision chez eux, dans les pubs et jusqu’aux vitrines des magasins, et ils discutent ensuite des matches dans les cafés et les bars. Des foules traversent les rues des centres-villes et les parcs en direction des terrains de cricket. Des plages aux arrêts de bus, des passants avec leur radio collée à l’oreille partagent les scores de 4 pour 460 ou « déclarés » avec les gens autours d’eux.

Cet été, pendant la chaude et longue saison australienne de cricket, vous pourrez voir l’équipe australienne rencontrer les équipes des Antilles et du Pakistan en tournée. Le grand tournoi, les « Ashes », suivra en 2010. Si vous venez en Australie, allez voir un match de cricket ! Il n’y a pas d’été dans ce sport.

 

 

Recherche d'événement









Idées découverte